Etymologie

Pourquoi notre agglomération s'appelle-t-elle « LA BOCCA », on se l'est demandé bien souvent. Les noms de lieux dérivent de mots divers dont l'usage et le temps ont souvent altéré et déformé la racine originelle. Beaucoup de toponymes provençaux puisent leurs racines, quelques-uns dans le grec, d'autres dans le latin. Les noms de quartiers cannois moins anciens ne prirent pas leur étymologie dans le latin, mais dans notre langue provençale.

Voici pour notre agglomération de la Bocca les principales étymologies données par nos archives communales cannoises. Nous trouvons dès 1599 La Boucas et tout au long du XVIII e siècle, également l'Aboucas. Sur le cadastre de 1814 elle est orthographiée Laboucas. Cette ortho­ graphe s'est maintenue jusqu'à beaucoup plus tard ; dans une carte routière du Var publiée en 1778 par J. B. Chabert, on trouve inscrit : bat­ terie de La Boucas. Puis une faute d'orthographe fut commise sur une carte de 1840 qui appelle notre quartier : La Bocca. Ce nom se géné­ ralisa et fut définitivement adopté. On pense généralement qu'il y a dans ce nom une idée de bouche, d'embouchure, mais ce nom « La Bocca » étonne. Mais faisons référence aux langues latines où « bouche » se dit en latin bucca, en espagnol boca, en italien bocca et en provençal bouco. La Boucas désignait l'embouchure de deux déversoirs naturels du quartier : le ruisseau de Roquebillière qui recueille les eaux plu­ viales ruisselant sur les pentes est et sud-est de la Croix des Gardes et la Maïre au cours orienté ouest-est draine la partie de la plaine sur laquelle est située notre agglomération. La géographie-même pousse à l'erreur en toponymie et prête à confusion. Il faut toujours partir des formes les plus anciennes ; nous les connaissons aujourd'hui ce sont : arboquatz, albocatz, albocatum et albocassium. Nous avons une raci­ ne ALB/ARB plus deux suffixes OCC et ATZ/AS. La racine primitive est ALB ; elle désigne une hauteur, une colline. Au fil des variations albocats s'est métamorphosé en Lou Boucas, La Boucas ou encore L'Aboucas.

Voilà enfin élucidé le mystère de La Bocca. Ce lieu-dit désigne donc la première éminence, le contrefort ouest de la Croix des Gardes, que l'on rencontrait en venant de l'Estérel par le bord de mer.

Comment est-on passé de l'antique Albocats à La Bocca ! Cela peut s'expliquer par les lois phonétiques normales. Un mot commençant par AL a pu être senti comme un composé d'une préposition A et l'article L compris comme une forme contractée. AL s'est séparé du reste du mot. Au fil des variations Albocats s'est métamorphosé en Lou Boucas, Laboucas, l'Aboucas, ensuite l'habitude du S final s'est perdue, le OU s'est transformé en O. Le XX e siècle officialise « LA BOCCA ».

Extrait du livre " Il était une fois....la Bocca"
ALANDIS Editions -
Template design and develop by JoomVision.com - http://www.joomvision.com